Accueil > Ressources > Nous avons lu > Cent fenêtres sur Internet


Recension parue dans le N°444 de juin 2006

Cent fenêtres sur Internet

Jean-François Rouet, éditions de l’actualité Poitou-Charentes, 2005.

2 juin 2006

« Les années à venir risquent de voir se creuser un fossé de plus en plus large entre ceux qui ont eu les moyens d’apprendre, de comprendre et d’inventer leurs usages et les autres. Sans vision politique, sans accompagnement culturel et éducatif, sans initiative de développement local, il est probable que l’informatisation de la société s’accompagnera d’une rupture croissante entre la “société de l’information”, réservée à une élite, et le reste du corps social. Ce dernier, frappé d’“illectronisme”, serait condamné à consommer des produits et des services de médiocre qualité, au prix d’une vulnérabilité accrue à l’égard des entreprises médiatiques, de leur discours et de leurs intérêts. »
Tel est l’enjeu posé par Jean-François Rouet, responsable de l’équipe d’universitaires qui a conduit une enquête approfondie sur les usages d’Internet en réponse à une commande de la communauté d’agglomération de Poitiers.
Le rapport revient sur les études d’usage antérieures (en particulier celle qui, dans les années quatre-vingt-dix, a porté sur l’expérience de Parthenay, première « ville numérisée » française). Il fait également le point sur les données de recherche disponibles concernant la recherche d’informations dans les documents, papier et électroniques. L’activité est plus difficile que ne semblent le penser les tenants les plus enthousiastes du cyberespace : oubli des buts en cours de recherche ou noyade dans l’information sont des phénomènes fréquemment mis en évidence par ces études.
L’enquête longitudinale conduite à Poitiers de 2000 à 2002 a visé une meilleure connaissance des représentations et des usages d’Internet dans le grand public. Une centaine de personnes d’âges divers, de milieux socioprofessionnels et de niveaux d’études différents, a été suivie pendant deux ans par l’équipe. Des questionnaires sur l’usage et les connaissances concernant Internet ont été administrés à plusieurs reprises. Des tâches de recherche d’informations ont également été proposées. Les remarques qualitatives de la personne chargée d’apporter un appui technique aux participants ont complété les études quantitatives. L’hypothèse d’effets du vieillissement sur les usages (« Internet, un média pour les jeunes ? ») a également été testée.
Qu’en ressort-il ? D’abord, que l’utilisation d’Internet a connu de profondes transformations au cours des deux années (d’un usage de découverte tous azimuts à la réapparition des stéréotypes culturels) : on ne peut donc « se contenter d’instantanés si l’on veut caractériser le rapport des individus à la technologie ». Le développement de connaissances techniques est bien réel chez les nouveaux usagers, mais connaît rapidement un plafond au bout de quelques mois ; la plupart restent démunis devant bien des aspects d’une utilisation dépassant les fonctions les plus simples ou devant les surprises réservées par une technologie encore peu fiable.
Du côté de la maîtrise des procédures de recherche d’informations, les utilisateurs se trouvent confrontés à de redoutables difficultés et beaucoup échouent à trouver un horaire ou à faire une commande sur un site de vente par correspondance. L’utilisation des menus comme des mots clés exige en effet une « gymnastique intellectuelle » sans laquelle on se perd très vite dans des sites non pertinents. Par exemple, pour l’achat d’un parapluie, la stratégie spontanée qui consiste à taper les mots « achat » et « parapluie » sur un moteur de recherche se révèle inopérante.
Ce sont là quelques exemples de ce que nous apprend cette enquête d’une grande richesse. Insistons-y : l’accès de tous à l’espace social que constitue Internet ne pourra se faire sans accompagnement ni formation.

Jacques Crinon


Programmation 2014-2015 Télécharger le rapport