Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’actualité éducative > Éditorial > Cassandre et les autres


Éditorial du n° 551 - Expliciter en classe

Cassandre et les autres

Cécile Blanchard


Drôle de mois de janvier !

On y a trouvé, pêlemêle, une réforme du lycée encore floue moins de huit mois avant son entrée en vigueur, une énième campagne d’affichage contre le harcèlement et les discriminations à l’école, le report du plan de lutte contre les violences scolaires et pour seule perspective, comme il y a près de dix ans, le retrait des allocations pour les familles d’enfants jugés violents, un mouvement des stylos rouges difficile à cerner, la nouvelle vague des évaluations nationales en CP, le retour de Parcoursup et toujours très peu de transparence dans les critères de choix des dossiers par les universités, des enseignants de CP englués dans l’expérimentation pas toujours volontaire de la méthode d’Agir pour l’école, et peut-être même un prochain retour de la querelle des méthodes d’apprentissage de la lecture, avec un ministre pressé de dire que c’est la méthode syllabique qui est employée et qui fait réussir les élèves dans les CP dédoublés.

Les enseignants, chefs d’établissement, les conseillers d’éducation et les PsyEn auraient le moral en berne que ça ne serait pas plus étonnant que ça.

Une «  crise existentielle  », diagnostique chez les enseignants la sociologue Anne Barrère. Quel est donc ce métier qu’on leur demande de faire ? Un métier, justement, dans lequel, en bons professionnels, ils sont autonomes pour concevoir les séances avec leurs élèves, en fonction des besoins identifiés et des programmes prévus ? Ou bien une fonction exécutive, dans laquelle, à défaut de formation professionnelle, ils doivent faire ce qu’on leur enjoint, quand et comme on le leur demande ?

Et si la boussole, c’était la réussite et l’émancipation des élèves ? Et si le cap, c’était de réfléchir à ce que l’on fait en classe, dans l’école ou dans l’établissement, à nos choix, leur motivation, leurs résultats, pour évoluer et avancer sans cesse ? Et pour cela, préférer le partage de pratiques, la fréquentation des résultats et questionnements de la recherche. Parce que c’est tout de même autrement plus enrichissant intellectuellement et humainement que des solutions toutes faites, des portes fermées et des méthodes-qui-marchent (toutes seules ?) !

Sur la librairie

Cet article vous a plu ? Poursuivez votre lecture avec ce dossier sur le même thème...

 

Expliciter en classe
L’enseignement explicite, de quoi s’agit-il exactement ? Le projet de ce dossier est de faire le point sur ce que disent les chercheurs, les formateurs, mais surtout d’aller explorer ce qui se passe dans les classes. Qui explicite ? Quoi ? Quand et comment ?

Voir le sommaire et les articles en ligne