Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’actualité éducative > Cap Canal prend le large


L’actualité éducative du N°467 de novembre 2008

Cap Canal prend le large

Par François Malliet

La télévision lyonnaise consacrée à l’éducation et à la connaissance a présenté le 25 septembre dernier sa nouvelle grille de programmes. Elle nourrit des ambitions qui vont l’amener à relever plusieurs défis lors des prochains mois.

Cap Canal relève le pari de faire de la télévision un formidable moyen d’éducation pour tous les publics. Philippe Meirieu, directeur de Cap Canal, part du constat que la chaîne est la seule aujourd’hui à exister pour l’éducation. En effet, face à la déferlante du flux télévisuel et au télé-zapping, le premier défi à relever est celui de la diffusion.

Une diffusion nationale et de nouveaux programmes

Actuellement, la chaîne est accessible par le câble sur les bassins lyonnais, grenoblois et stéphanois. Les autres vecteurs de diffusion sont essentiellement le site Internet et l’édition de DVD. Les responsables de la chaîne reconnaissent qu’il est très difficile d’en mesurer l’audience réelle, malgré une forte augmentation de la fréquentation du site et de la distribution des DVD. Cependant Cap Canal se donne pour objectif d’atteindre une diffusion nationale sur les voies hertziennes ou par le câble. Cela suppose déjà que la production suive. Une nouvelle grille voit ainsi le jour dès cette rentrée avec des émissions inédites.
Les P’tits Léz’Arts sera un magazine d’actualité hebdomadaire destiné aux 6-12 ans. Ce projet reprend une idée développée par TV-Rennes et propose autour d’un thème de faire la visite d’un lieu ou d’un événement culturel.
Chemin des réussites , émission coproduite avec l’Afpa [1], s’intéressera aux domaines du développement personnel et de la formation professionnelle. Émission de témoignages plutôt que de formation proprement dite, ce sont des parcours de vie qui seront donnés à voir.
Questions d’éducation  : le rendez-vous des parents reprend la formule de Questions de parents et donnera libre cours à une association.
Plusieurs programmes sont également en préparation : 
Fais ton cinéma qui permettra à des jeunes de réaliser leurs films et de les confronter aux regards de grands noms du cinéma ou bien encore Faire face qui sera une émission traitant de questions éducatives vues par des personnalités de tous les domaines.
L’ensemble de ces programmes doit permettre de regarder autrement les écrans en suscitant échanges, débats et partage d’expériences ou de savoirs. Donner à voir plus largement Cap Canal ne doit pas s’affranchir de la volonté d’éduquer à l’image et par l’image qui fonde la chaîne éducative, ni renoncer à préserver une autonomie éditoriale et le choix des formats d’émissions. Reste qu’il est bien difficile de maîtriser ce qui se passe au niveau de la réception des images. Les enseignants peuvent certainement trouver là matière à faire travailler les regards de leurs élèves. Et il est un principe sur lequel l’équipe de Cap Canal ne transigera pas : l’antenne ne comportera pas de coupures publicitaires.

Sur le front juridique et financier

Cap Canal, créé en 1991 par la ville de Lyon, fonctionne sous le mode d’une régie municipale directe. Si ce régime permet aux élus d’exercer une forme de contrôle démocratique, il entraîne une lourdeur administrative excessive qui pourrait nuire à la mise en place des multiples projets de la chaîne. C’est pourquoi la création d’une société d’économie mixte (Sem) est en préparation, ce qui garantit une mission de service public tout en donnant à la chaîne les marges de manœuvre dont elle a besoin. La ville de Lyon conservant sa fonction de pilotage, l’association de partenaires à cette nouvelle société est indispensable. De nombreux projets sont déjà réalisés en partenariat, il s’agit maintenant de s’ouvrir davantage à d’autres institutions, collectivités, organismes d’éducation ou mouvements d’éducation populaire. Cette ouverture est d’autant plus nécessaire que le budget alloué par la ville de Lyon va rester constant et que la part d’autofinancement doit croître. Cette part est déjà passée de 12 % à 45 % au cours des trois dernières années. Cette tendance devra être renforcée pour atteindre les objectifs de Cap Canal.
Accéder à une dimension nationale tout en construisant une nouvelle structure est un gros chantier pour une équipe aux effectifs modestes. Bien que la chaîne s’appuie sur un réseau de producteurs pour réaliser ses programmes, la multiplication des programmes ne doit pas se faire au détriment d’une éthique qui fait à la fois l’originalité et la qualité de l’antenne. Il s’agit non seulement de dégager les moyens nécessaires, mais encore de concilier un ancrage régional bien établi en Rhône-Alpes avec l’ambition de couvrir l’ensemble du territoire. L’arrivée de nouveaux partenaires devra également se faire tout en préservant la politique de la chaîne. Philippe Meirieu est conscient des difficultés à surmonter et insiste sur la nécessité d’offrir une télévision qui éduque et qui fait réfléchir. Il est vrai que les médias offrent peu de supports éducatifs sur leurs antennes, mais surtout font trop souvent la part belle aux débats caricaturaux et stériles sur l’école et d’éducation. Nous ne pouvons que souhaiter qu’à travers une offre alternative, Cap Canal rencontre son public et participe à une autre manière de faire de la télévision, qu’elle parvienne à en faire un outil de lien social. Bon vent à Cap Canal.

François Malliet, rédacteur en chef-adjoint des Cahiers pédagogiques, chargé du site www.cahiers-pedagogiques.com.


Programmation 2014-2015 Visiter le site de Cap Canal


[1Association nationale pour la formation des adultes