Accueil > Publications > Les billets du mois > BEP de Star


Billet du mois (N°411, février 2003)

BEP de Star

Par Jean-Claude Paul


Pourquoi ne crée-t-on pas un BEP de star ?
C’est vrai ça, au lieu de laisser faire le boulot par TF1 ou M6 sans garantie du minimum d’un professionnalisme perverti par le jeu des intérêts annexes...
Et puis ce serait un bon moyen de rénover l’enseignement professionnel car on croulerait sous le nombre de candidatures réelles au lieu de provoquer les orientations par défaut comme cela se passe si souvent.
Ce dispositif pourrait être complété par un « BTS de super star » sans oublier les filières de chant, danse et chorégraphie qu’il faudrait créer dans le supérieur pour former les futurs PLP dont on aurait alors besoin. Les IUFM se verraient ainsi confier l’exaltante tâche de concevoir les concepts de nouveaux référentiels bondissants et chantants.
Je sais de quoi je cause puisque je réside et exerce à Vandœuvre-les-Nancy, patrie de Houcine [1] qui est revenu au pays accueilli par une foule en délire et par Mme la maire qui lui remit la médaille de la ville [2]. Après que, ému, il eût remercié tout le monde, notre apprenti vedette rappela combien il faut dire et redire aux enfants qu’ils sont tous des artistes [3].
Savait-il alors qu’en cela il rejoignait plus ou moins Albert (Einstein) lorsque ce dernier déclarait : « On m’a souvent traité de génie. Je le reconnais sans fausse modestie. Pourtant, je ne possédais aucun talent spécial, sauf peut-être celui de bâtir des châteaux de cartes prodigieusement hauts. Simplement, je crois que tous les êtres humains sont des génies quand ils naissent, avant que leurs parents et leurs professeurs ne leur coupent les ailes. Si j’ai pu garder vivante l’étincelle de génie que j’ai reçue en partage comme tout le monde à ma naissance, c’est que j’ai refusé de laisser les professeurs me façonner à leur image et étouffer ma curiosité en me bourrant le crâne de sottises. Il me paraissait évident que l’école fabriquait des robots qui accepteraient de servir l’État sans discuter. » [4] ?
Je ne sais pas si Houcine est lui aussi un génie contrarié par l’école, aucune biographie n’ayant encore été publiée sur son cas pour l’instant.
Quoi qu’il en soit, même si, au soir du 21 décembre 2002, il n’est pas devenu la dernière star proclamée par la vox populi télévisuelle, et comme il est certain que les Cahiers sont lus au ministère où M. Ferry dirige une équipe qui se veut pragmatique, gageons que les futurs candidats à la gloire seront désormais formés par d’authentiques professeurs du service public de l’Éducation nationale. De même, il ne fait aucun doute que le premier LP qui offrira ces formations en Lorraine se verra rebaptisé « LP Houcine, membre illustre de l’Académie des stars ». Ainsi, pour contrarier Einstein qui est un mauvais exemple, l’école pourra afficher ses raisons de revenir enfin aux saines résolutions de faire acquérir les fondamentaux dont se nourrissent les vraies élites.

Jean-Claude Paul, Professeur au lycée J. Callot à Vandœuvre


[1Je précise pour ceux qui débarqueraient de la planète Mars que Houcine a été finaliste de la « Star academy » deuxième fournée samedi 21/12/02 sur TF1.

[2Est républicain du16/12/02.

[3ibid.

[4Jean-Jacques Greif : Tout est relatif comme dit Einstein, Médium, 1999.