Accueil > L’actualité vue par le CRAP > L’actualité éducative > Éditorial > Accueillir


Éditorial du n° 558 - Les élèves migrants changent l’école

Accueillir

Agnès Berthe

6 janvier 2020

Comment porter la cause de l’école inclusive sans réfléchir à nos façons d’accueillir le nouveau collègue, le parent de milieu populaire, la personne handicapée, l’élève allophone traumatisé par son périple migratoire ?

Dire bonjour et sourire, ces gestes qui signent que l’autre est le bienvenu dans un lieu où l’on se trouve déjà, ce n’est pas rien. Donner les informations qui comptent au bon moment, expliciter ce qui se fait et ne se fait pas, être suffisamment assuré de sa place pour ne pas voir en l’autre un rival ou un ennemi, ce n’est pas rien.

Il y a ces moments institués, la prérentrée et la rentrée. Comment les investir collectivement pour en faire un levier d’évolution et pas seulement une mise en route grippée par l’habitude et les lourdeurs administratives ?

Il y a l’inscription. Comment cette formalité peut-elle devenir une autorisation (portée par tous les professionnels et adressée au nouveau venu) à prendre sa place, rien que sa place et toute sa place, avec sa personnalité singulière ?

Il y a cette façon de recevoir la parole de l’autre, l’élève qui ne joue pas le jeu de l’école, le collègue qui ne joue pas le jeu de la réunion. Comment dire les choses, faire avancer le groupe sans rejeter les personnes, sans ignorer leurs doutes ni leurs malaises ?

Il y a ces accueils mutuels : la collègue qui revient d’un congé maternité ou d’une maladie grave, le jeune contractuel qui ne restera pas longtemps, le personnel d’entretien qu’on oublie parfois de voir.

Et puis, il y a ces lieux dédiés à l’accueil, comme l’UPE2A (unité pédagogique pour élève allophone arrivant).

Merci à vous, élèves venus de tous pays, pour la poésie de vos langues et ce qu’elles apportent ou devraient apporter à nos classes. Merci pour vos émerveillements qui nous réveillent, vos questions qui nous bousculent, vos malaises qui interrogent nos pratiques dans leurs fondements mêmes, vos désirs d’apprendre qui donnent du sens à notre travail. Merci pour ce que vous êtes et que nous avons du mal à voir collectivement : des enfants et des adolescents comme les autres.

Sur la librairie

Cet article vous a plu ? Poursuivez votre lecture avec ce dossier sur le même thème...

 

Les élèves migrants changent l’école
Les migrations internationales ne font pas seulement l’actualité, elles sont le présent de notre école. Son futur aussi. Sans prêter foi aux images qui veulent faire peur, prenons-en acte. Comment faire pour accueillir des élèves de toutes origines, de tous âges et de toutes langues maternelles ?

Voir le sommaire et les articles en ligne