Accueil > Publications > Les hors-série numériques > À l’école avec les élèves roms, tsiganes et voyageurs


À l’école avec les élèves roms, tsiganes et voyageurs

Coordonné par Régis Guyon et Michaël Rigolot

Commander ce numéro

Ce dossier a fait l’objet d’une première édition proposant quelques articles en octobre 2010. Nous publions aujourd’hui un ensemble très complet de 65 articles partagés en quatre parties :
- Qui sont ces enfants ?
- Des dispositifs pour organiser la scolarisation
- Les méthodes pédagogiques ou comment faire réussir les élèves ?
- Ailleurs en Europe
Afin de faciliter la lecture de ce dossier, nous avons conçu huit parcours mettant en évidence des thématiques qui n’étaient pas visibles sinon dans le plan : on retrouvera ainsi la question des Roms migrants dans l’espace européen, celle de la médiation ou encore de la place de la langue et de la culture.
En outre ce dossier est assorti d’une dizaine de films réalisés par Fabienne Caraty qui sont mis en ligne ici. Vous pourrez lire à la suite l’éditorial du dossier ainsi que son sommaire.

Sommaire

Les films de Fabienne Caraty

Fabienne Caraty est formatrice au sein du CASNAV (centre académique pour la scolarisation des enfants du voyage) de l’académie d’Aix-Marseille. Elle est également coordonnatrice départementale attachée à l’Inspecteur d’académie du Vaucluse pour la scolarisation des enfants du voyage.
Dans une démarche ethnographique, elle cueille des images au gré de ses rencontres avec les voyageurs. C’est avec respect et subtilité qu’elle nous fait partager quelques uns de ces échanges au travers d’images filmées en toute simplicité. Elle a par ailleurs réalisé un documentaire Gens du voyage, bienvenue au cirque en 2010.

1. Sa caravane, son lieu de vie

Sur l’aire de stationnement, des emplacements…
Sur l’emplacement, des caravanes…
Dans la première, la cuisine…
Dans la deuxième, les parents et les jeunes enfants…
Entrons dans la troisième, celle de Steewart, adolescent de 14 ans.


2. Apprendre à lire, oui mais comment ?

Steewart vit en caravane, sa famille est quasi sédentarisée. Il a suivi une scolarité sans interruption dans une même école. Il est allé deux ans au collège mais « le décalage avec les autres était difficle à vivre. Je faisais des bêtises pour être puni et exclu, après j’ai arrêté les cours. » Steewart ne sait pas lire.


3. Steewart et son carton de cours par correspondance

La famille de Steewart a une très faible itinérance et rayonne près d’Avigon sur les aires de stationnement.
Ils aimeraient acquérir un terrain. À 14 ans, il aide régulièrement son père dans les travaux d’élagage.
Il a toujours été scolarisé dans la même école. Après deux années au collège, il s’est inscrit au CNED. À ce jour, il n’est pas lecteur.


4. École maternelle, pourquoi faire ?

Joy (4 ans) fait partie des grands voyageurs. S’il est scolarisé toute l’année au gré des déplacements de sa famille, il découvre une soixantaine d’écoles, il rencontre plus de 1 500 copains de classe chaque année !


5. « J’ai appris à lire sur télé-poche avec mon grand-père »

Sophie a deux enfants. Très peu scolarisée, elle a appris à lire au sein de la famille. À son tour, elle tente de guider son petit garçon avec les cours du CNED.


6. Savoir lire, écrire, compter

Richard et sa famille ont une très grande itinérance. Père de 4 enfants, il est aussi grand-père. Au travers de son vécu, il pose son regard sur la langue française, sur la scolarisation et plus généralement sur les apprentissages.


7. Une adolescente presque comme les autres !

J’ai rencontré Ophélie le jour de ses 14 ans… Elle stationne quelques mois par an en région parisienne puis reprend la route le reste de l’année.


8. gadgés, français ?

Rencontre d’une famille de « gitans espagnols » sur une aire de stationnement.
Ici, il n’a pas été possible de scolariser les enfants, l’école est trop loin de l’aire.


9. Apprendre en s’amusant
S’amuser en s’entrainant

Joy (5 ans) et Lexy (2 ans) vivent dans le cirque familial de leurs parents.
Du berceau puis de la poussette sur le bord de la piste, dès leurs premiers pas, ils entrent en piste entourés de leurs parents.
On apprend par imitation, par tatonnement…


10. Être artiste itinérante à 10 ans

Laura est née dans une famille d’un grand cirque français. Elle va à l’école tous les matins, mais à l’école qui se déplace avec le cirque. Dans sa classe, les enfants des artistes du cirque des quatre coins de la planète !


L’éditorial

Les Roms et les Voyageurs sont régulièrement pris pour cible, accusés de tous les maux et présentés comme une menace par une partie de la société française à la recherche de boucs émissaires faciles à identifier pour expliquer ses propres difficultés. Les évènements médiatiques de l’été dernier n’en sont qu’une nouvelle illustration. Il ne s’agit pas ici de nier les difficultés rencontrées par les acteurs de terrain ou de ne considérer les Roms ou les Voyageurs que comme victimes de mécanismes discriminatoires, mais de proposer un regard aussi affuté que possible sur des familles qui se singularisent autant par leur diversité que par la variété de leur inscription dans les sociétés majoritaires. De la même manière, on peut toujours désigner les Roms ou les Voyageurs comme des groupes à part ou intrinsèquement différents. C’est oublier qu’ils sont les uns et les autres des acteurs permanents des sociétés européennes, et non de perpétuels étrangers. Ce dossier, au-delà de la question scolaire, se propose donc donner aussi des clés de compréhension, d’apporter des éclairages, de montrer ce qui se fait concrètement avec les familles et leurs enfants et d’inviter le lecteur à s’approcher d’un sujet à la fois passionnant et complexe.
S’agissant de l’école et de la scolarité, il nous paraissait important de ne pas culturaliser ou d’ethniciser un propos qui l’est trop souvent, d’éviter l’enfermement des élèves et de leurs parents par une « injonction identitaire » construite autour de présupposés fortement ancrés : les difficultés en lecture que rencontreraient généralement ces élèves seraient le résultat du peu d’appétit des parents pour l’écrit. L’absence des enfants en maternelle montrerait que les Voyageurs dénigrent l’enseignement aux tout-petits et sacrifient par là même leur entrée dans la lecture et les préapprentissages. L’enseignement mobile ou à distance pallierait les carences de l’institution puisqu’on ne les voit pas à l’école. La plupart des adolescents feraient le collège buissonnier… Il sera donc fondamental de montrer que les buissons en question sont d’une nature socio-économique et d’une complexité historique bien supérieure que celle du petit chemin qui sent la noisette, que ces rapports avec l’institution ne sont pas gravés dans l’asphalte, que des savoirs se construisent hors système et qu’enfin, les adolescents roms ou voyageurs sont aussi présents et souvent invisibles dans les établissements du secondaire.
Par ailleurs, sous quels angles appréhender ce sujet de façon utile ? Réfléchissons-nous à des questions de droit, d’accès à la scolarité ? Cherchons-nous à promouvoir des mesures contribuant à la réussite ou à la prise en charge des difficultés scolaires des élèves ? Et de qui parlons-nous ? D’élèves roms, voyageurs, manouches, yéniches ou gitans ? D’élèves en difficultés, souvent décrocheurs, quelquefois en réussite ? Des deux ? Comment retrouver une pratique sereine dans la complexité symbolique et pratique de ce sujet ? Quelles approches utilisant des outils nouveaux permettraient la prise en compte des langues et cultures portées par les élèves et leurs parents tout en respectant un objectif commun à tous ?
Il ne s’agit donc pas de nier les obstacles qui existent souvent, tels que les rapports difficiles à l’écrit de la langue, l’absentéisme ou l’arrêt prématuré de l’école. Mais il importe aussi de travailler dans un contexte peu commun : le plurilinguisme des individus, les stratégies familiales d’apprentissage, les rapports spécifiques aux outils du savoir. Par-dessus tout, nous nous garderons de chercher des réponses simples à des questions complexes. Les explications tiennent moins à des facteurs culturels qui seraient implicitement incompatibles avec les exigences de la culture scolaire qu’aux situations historiques et socioéconomiques des différentes familles au sein des sociétés majoritaires, ainsi qu’au développement de relations inquiètes avec les institutions en général et le système scolaire en particulier.
Dans ce contexte, on observe chez les enseignants un va-et-vient permanent entre d’une part, le constat de la « spécificité » des élèves, la reconnaissance de leurs « besoins éducatifs particuliers » et d’autre part la nécessité affichée de tendre vers la scolarisation ordinaire, en accord avec le droit commun que devraient respecter tous les acteurs. Et tout un chacun tente de concilier ces deux objectifs, en fonction du contexte où il évolue, des difficultés rencontrées, mais aussi des représentations mutuelles construites entre les familles, les élèves et les professeurs. En cela, il n’y a pas une seule bonne réponse facilement « universalisable », mais des pratiques guidées par une connaissance documentée de la situation, des besoins identifiés et des objectifs clairement affichés.
Il parait aujourd’hui particulièrement opportun, pour ne pas dire urgent de mettre en évidence l’éventail des possibles et de ne fermer aucune option aux élèves, sous prétexte d’une origine ou d’un obstacle qui ne peut être que momentané. Il faut absolument regarder de plus près la présence des Roms et des Voyageurs dans l’école, d’observer la diversité des parcours scolaires, des stratégies à l’œuvre tout comme l’évolution des discours. Cela suppose donc d’interroger ce que l’École peut proposer aux élèves, mais aussi ce qui relève de la (re)responsabilité des parents, des élèves et des enseignants, ce qui est bien l’objectif de ce dossier.

Régis Guyon et Michaël Rigolot


Le sommaire

1. Qui sont ces enfants ?


- Roms, Tsiganes et Voyageurs : de qui parle-t-on ? Claire Cossée
- Voyageurs-école : le malentendu Anne-Marie Chartier, Alain Cotonnec
- Quelles conditions nécessaires à la scolarisation des enfants roms ? Mohamed Boujaddi
- D’une rencontre au bord de la route à une école sous chapiteau Fabienne Caraty
- La fonction de l’école et les enfants du voyage Alain Montaclair
- Du malentendu au bien entendu- Véronique Dutour
- Pourquoi les filles roms sont-elles moins scolarisées que les garçons ? Iulia Hasdeu
- « Les maisons qui accueillent les Gitans ne brulent jamais » Raphaël Descamps
- Le parcours d’Angélique Sylvie Lassalle
- Étrangers dans leur propre pays Christine Marchand
- Mixité sociale et scolarisation des enfants gitans Hasnia-Sonia Missaoui
- Les difficultés d’habitat des gens du voyage Christophe Robert
- Connaitre pour scolariser Claude Sabrier
- La santé des enfants tsiganes en milieu scolaire Françoise Peyron, Julia Peyron
- Le déségrégateur Michaël Rigolot

2. Des dispositifs pour organiser la scolarisation
Des problèmes à résoudre


- Des écarts entre textes officiels et réalités Régis Guyon, Michaël Rigolot
- « Scolarisation » des enfants tsiganes : les ambigüités d’une notion Suzana Dukic, Fabrice Dhume
- Les enfants du voyage dans l’école : quelle scolarisation pour une scolarité hors normes ? Marie Chartier
- Mutualiser les moyens pour scolariser les enfants voyageurs Emmanuel Fabre
- D’une école à l’autre : la question de la transition dans le parcours scolaire de l’élève tsigane Delphine Bruggeman
- Quelle place, quelles missions pour les enseignants-ressources ? Christian Lajus
- L’école du camion, à la rencontre des enfants du voyage Guillaume Sergues, Joseph Poirier
- Une politique de médiation comme appui à la scolarisation des Roms en Europe Olivier Meunier
- L’action des associations pour la scolarisation dans l’agglomération toulousaine Julia Peyron
- La scolarisation, une « distinction » ? Clarisse Decroix, Marion Lièvre
- Apprendre à lire, oui, et ensuite… ? Marie-Claire Simonin
- Validation des acquis de l’expérience et gens du voyage (Hélène Beaupère, Fabienne Hétier)
- Le regard sur l’école d’un Gitan formateur Bruno Mathieu
- Histoire d’une scolarisation réussie : l’exemple du Puy-de-Dôme Jean-François Couchard

À l’école primaire


- L’école maternelle sur l’aire de stationnement Cécile Billotte
- Améliorer la scolarisation des enfants itinérants… Oui, mais comment ? Andrée Chastel
- Sept souris dans la lumière Isabelle Moreaux

Dans le secondaire


- Le meneur de classe et la traduction en romani Isabelle Geremia, Agnès Mauchrétien
- En attendant Godot… ou l’accueil des enfants du voyage au collège Stéphane Chouette
- La scolarisation des enfants du voyage dans le second degré Christophe Dauvergne
- Voyageurs sur le chemin de l’école en Seine-et-Marne Véronique Faruch
- Les Voyageurs et le collège en question Christine Faverger
- Accueil des élèves roms en collège à Nantes Sébastien Piffeteau

3. Les méthodes pédagogiques ou comment faire réussir les élèves ?
Lecture et écriture


- Les espaces numériques de travail et le suivi des apprentissages Jean-Marc Large, Marie-Aude Gouerne, Julien Nauleau, Roland Touzeau, Grégory Leroy, Moïse Moindron - Suivi d’un encadré de Patricia Paradis : Une autre approche du carnet de suivi…
- La littérature de jeunesse pour gérer l’hétérogénéité Aline Beaudou
- Un petit livre, pour commencer… Michel Bourdette
- Les Manouches et l’illettrisme Jean-Luc Poueyto
- La Campine aux mille comptines Carole-Anne Servagnat
- L’oralité, la littératie et l’institution scolaire Jean-Pierre Terrail

L’oral, l’art, la culture


- Sensibiliser tous les élèves aux populations dites « tsiganes » Xavier Rothéa
- Mise en place d’un atelier à l’écoute des élèves roms : de nouveaux éléments de compréhension Jean-Marie Frisa
- Utiliser la langue et la culture gitanes dans la scolarisation Stéphane Lloret
- Le JT des Bonnes Nouvelles Annie Girard
- La classe : un lieu de vie du corps, de l’esprit et de la voix Christine Lantrès
- Culture de l’oral, culture de l’écrit, une antinomie pertinente ? Dominique Carré, Claude Sabrier, Tania Magy
- Une année au rythme scolaire, une année de route… Tania Magy

4. Ailleurs en Europe


- En Roumanie : Enseigner dans un « village tsigane » - Une construction identitaire Alexandra Clavé-Mercier
- En Slovaquie : Les Roms, leurs enfants et leur éducation Anna Butašová
- En Bulgarie : La scolarité des enfants tsiganes, entre traditions et intégration Petya Ivanova-Fournier
- En Italie : Scolarisation des Roms et des Sintis Tommaso Vitale, Bruno Cousin
- Au Portugal : Les médiateurs tsiganes Alexandra Castro, Marta Santos
- En Belgique : L’accompagnement scolaire des familles roms Émilien Clonan
- En Hongrie : Deux expériences de « déségrégation » Guy Cherqui

Témoignages
- Et je suis tombée sur une maitresse extraordinaire Claire Auzias
- Les parents ont peur de la mixité sociale Céline Larivière
- Trois problèmes Marius Lussi, dit Touti
- Sortir de l’exception Dany Peto-Manso
- L’entrée au collège par les ateliers CNED Pierre Girin, Anne-Marie Le Gouhir
- Élèves et profs précaires Nathalie Rouhier
- Le regard sur l’école d’un Gitan formateur Bruno Mathieu
- J’ai pas fait d’études, je me suis mariée à douze ans Claire Auzias

Carte blanche : Les Tsiganes, l’école et la scolarisation Alain Reyniers

Relecture : Un dossier sur les Roms qui interroge toute l’école… Dominique Glasman

Bibliographie


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.