Accueil > Dossiers actus > Biennale internationale de l’éducation nouvelle > 9 propositions concrètes pour des alternatives dans l’école publique


Les propositions alternatives de la FESPI

9 propositions concrètes pour des alternatives dans l’école publique


1. Construire ensemble, c’est nécessaire, c’est efficace
Un travail en équipe institué ; une participation plus importante des élèves ; un partenariat
constructif avec les parents ; des chefs d’établissement impliqués et facilitateurs ; de nouvelles
fonctions pour les inspections.
Pour quelles finalités ? Plus de cohérence entre les acteurs ; un gain d’efficacité éducative ; de
meilleurs apprentissages ; plus de cohésion, de solidarité ; plus de plaisir pour chacun, jeunes et
adultes.

2. Enseigner, bien sûr ! Éduquer, sûrement !
Un service enseignant redéfini ; un rôle éducatif clairement assumé et partagé ; des conditions
matérielles adaptées.
Pour quelles finalités ? Promouvoir l’interaction entre éducation et enseignement ; prendre en
compte la personne en devenir dans sa globalité ; permettre à l’élève de construire sa place
dans le monde ; consolider les conditions de réussite d’élèves de plus en plus nombreux.

3. (S’) élever, (se) parler, (s’) écouter : de la parole des élèves et de ses usages
Des relations de confiance entre les élèves et les adultes ; des lieux et des temps d’écoute
mutuelle, collective et individuelle ; l’établissement comme un lieu d’apprentissage de la parole.
Pour quelles finalités ? La reconnaissance de chacun dans un « tous ensemble » ; une école
comme étape fondamentale de la construction éducative ; une construction éducative qui
désamorce la violence à l’école ; une institution scolaire respectueuse de tous les individus qui
la composent.

4. Des savoirs, mais comment donc ! Lesquels ? Comment ?
Diversifier la pédagogie pour s’adresser à tous ; développer le travail trans/interdisciplinaire ;
développer la pédagogie de l’explicite ; proposer une autre vision des programmes ; prendre en
compte des compétences non strictement scolaires.
Pour quelles finalités ? Proposer des savoirs et des objectifs ambitieux à chaque élève ;
enseigner des savoirs pour comprendre et agir sur le monde ; penser les savoirs scolaires en
lien avec d’autres savoirs ; faire vivre le principe de l’éducabilité ; prendre en compte à l’école
ceux qui n’y réussissent pas.

5. Évaluer pour apprendre, pas pour sanctionner
Promouvoir le risque d’apprendre, donc le droit à l’erreur, en toute sécurité ; noter pour valider
en offrant la possibilité de refaire ; mettre en place de nouvelles procédures d’évaluation.
Pour quelles finalités ? Sortir de la spirale infernale du « tout noté », alimentant un stress
permanent ; redonner du temps à l’apprentissage comme processus inscrit dans la durée ;
favoriser les stratégies de l’apprendre plutôt que celles du « passage ».
6. Ne pas orienter mais accompagner
Garantir une formation commune initiale pour tous ; en finir avec l’orientation sanction ; valoriser
toutes les formes d’intelligence ; multiplier les passerelles ; aider l’élève à construire son projet
personnel.
Pour quelles finalités ? Combattre la fatalité scolaire ; articuler, sans les opposer, les rêves et la
réalité ; vivre un projet social commun.

7. Un temps chronométré ou des temps nécessaires ?
Mettre en place des temps fondés sur les besoins des élèves ; organiser des cursus à vitesse
d’acquisition différentes ; sortir du temps saucissonné en tranches de cinquante minutes ;
donner du sens à la présence au détriment du présentéisme ; redéfinir le temps de service des
personnels de l’équipe éducative.
Pour quelles finalités ? Faire d’un temps à durée variable un outil au service des
apprentissages ; respecter les temps de l’élève pour favoriser son bien-être à l’école ; permettre
à chacun, jeunes et adultes, de prendre le temps d’être à l’école ; harmoniser le temps des
élèves et le temps des adultes.

8. Ni passoire, ni sanctuaire : L’École, un sacré repère !
Reconnaître l’élève comme une personne ; mettre en place des repères, des limites claires ;
s’inscrire dans l’environnement et l’améliorer ; ouvrir l’école sur le monde.
Pour quelles finalités ? Penser l’école comme un lieu de référence éducative ; faire des
établissements des lieux respectés ; tisser des liens structurants pour les élèves.

9. Se confronter, faire évoluer, essaimer
Inscrire l’innovation dans la formation initiale des enseignants ; intégrer les temps de formation
dans l’itinéraire des enseignants ; inscrire l’essaimage dans les fonctions des équipes
innovantes ; offrir des alternatives au sein du service public d’éducation.
Pour quelles finalités ? Rendre le système éducatif évolutif ; promouvoir l’expérimentation, la
recherche et l’innovation dans les établissements ; permettre que l’école publique soit d’abord
son propre recours, même s’il n’est pas le seul possible ; faire de tous les établissements des
lieux d’innovations et de formation.

Pour voir le détail de chaque proposition, se rendre sur la page :
http://www.fespi.fr/la-fespi/9-propositions-concretes-pour-des-alternatives-dans-lecole/

Pour aller plus loin


Retour vers la rubrique