Accueil > Publications > Articles en ligne > 6e sens, du sens pour la 6e


N° 531 - Embarquer les élèves

6e sens, du sens pour la 6e

Gaëlle Moulin

Un travail d’équipe pour embarquer les jeunes entrant au collège dans les apprentissages en tous genres. Les mots clés : projet, coopération, évaluation positive. Il suffit pour ça d’un peu d’imagination pédagogique et de beaucoup de motivation. On en a à Firminy !

Mai 2016, de retour d’un voyage de trois jours à Marseille, nos élèves ont bonne mine et des images encore plein les yeux. Chacun et chacune s’activent et s’appliquent à la réalisation d’un carnet de voyage collectif : les uns et les unes travaillent sur un laboratoire poétique inspiré par une journée de randonnée dans la garrigue de Pagnol, les autres reprennent un croquis de paysage réalisé depuis Notre-Dame-de-la-Garde, d’autres encore établissent des comparaisons entre l’unité d’habitation Le Corbusier de Firminy (où est situé le collège des Bruneaux) et la Cité radieuse. Enseignants, enseignantes et élèves collaborent dans une ambiance studieuse mais détendue, chacun y allant de son anecdote sur cette belle expérience et ayant à cœur d’en laisser une trace la plus fidèle possible.

Ce projet transdisciplinaire n’est pas le premier mené au collège des Bruneaux (Firminy, Loire), il s’inscrit dans une initiative plus globale menée depuis la rentrée 2014, concernant quatre-vingt-un élèves et dix-sept enseignants et enseignantes nommée «  Sixième sens, mieux vivre sa 6e au collège  ». Il s’agit d’un projet protéiforme associé à la démarche «  Aller bien pour mieux apprendre  ».

Le contexte

Notre établissement accueille un public issu de toutes les catégories socioprofessionnelles (CSP), mais avec une forte représentation des CSP défavorisées. Nous constations depuis plusieurs années que la transition primaire-collège constituait, pour nos élèves, un cap difficile à franchir : un trop grand nombre d’entre eux semblaient subir le collège et avoir de réelles difficultés à s’engager dans les activités proposées, portant un regard négatif sur l’école. De la même manière, de nombreux d’élèves ne parvenaient pas à cibler leurs difficultés et leurs points forts et à saisir le sens des apprentissages qui leur étaient proposés. Face à ces deux constats et au risque de prédécrochage scolaire et de rupture avec l’école qu’ils induisent, «  6e sens  » a constitué une tentative de réponse de l’équipe enseignante dont l’objectif, partagé par tous et toutes, était de faire progresser tous les élèves, afin de leur redonner confiance et de préserver leur estime de soi.

L’évaluation par compétences

Notre premier choix pédagogique fort a consisté à repenser l’évaluation en renonçant aux notes. Nous avions identifié le recours à la notation chiffrée comme un véritable enjeu en termes de confiance en soi : elle nous semblait responsable de l’autodévalorisation des élèves en difficulté, créant des comparaisons peu flatteuses pour eux et ne rendant pas toujours justice aux efforts consentis et aux progrès. Nous avons donc décidé d’évaluer nos élèves par compétences et fait le choix d’un logiciel nommé Preps.fr dont l’ergonomie et les fonctionnalités correspondaient bien à la philosophie du projet «  6e sens  ». L’équipe s’est heurtée à de nombreuses difficultés théoriques autour de la notion même de compétence, définie de façon très différente selon les sources. Un long travail de recherche, d’harmonisation et de comparaison de nos pratiques a été nécessaire afin d’aboutir aujourd’hui à un référentiel de compétences transdisciplinaire construit autour de sept compétences communes à l’ensemble des disciplines enseignées.

Ce choix de l’évaluation par compétences nous a donc menés, imperceptiblement, vers une harmonisation de nos pratiques la plus aboutie possible, afin de donner du sens aux apprentissages. Être élève «  6e sens  », c’est donc aujourd’hui être évalué, quelle que soit la discipline, autour de compétences communes (vocabulaire harmonisé), à l’aide d’un code couleur commun, sur des copies ayant visuellement la même présentation. C’est aussi bénéficier d’un accompagnement personnalisé très diversifié et organisé par groupes de compétences allant par exemple, en français, de l’aide aux très petits lecteurs jusqu’au groupe d’approfondissement qui travaille sur des projets d’écriture longs lors de sessions de huit semaines environ. C’est, enfin, travailler son autonomie et devenir acteur de sa scolarité, grâce à la mise en place de pratiques enseignantes et de dispositifs axés sur l’éducation au choix.

L’accueil en 6e

Le second axe sur lequel le projet «  6e sens  » essaie d’agir concerne le bienêtre au collège. Il nous semble que pour bien apprendre, il faut se sentir bien et en confiance, avec soi et avec les autres.

Pour ce faire, nous avons travaillé sur l’accueil des élèves de 6e en proposant deux actions lors de deux journées d’intégration.

Tout d’abord, le jour de la rentrée, les élèves de 6e sont invités à participer à deux activités liées au renforcement de l’estime de soi : «  Je m’appelle et j’aime  » et «  Trouve quelqu’un qui…  ». Ces temps leur permettent de se découvrir les uns les autres, de partager des points communs, d’affirmer un choix personnel, de se dévoiler mais également de découvrir leurs enseignants, et l’entité classe se constitue de façon assez spontanée. Pour se repérer dans leur nouvel établissement, les élèves participent ensuite à une chasse aux mots : ils doivent trouver cinq images réparties dans différents lieux du collège représentant les cinq syllabes du mot «  solidarité  ». Ainsi, au terme de cette première journée, les élèves se sont familiarisés avec leur nouvel espace de travail et les premiers liens se sont noués avec les autres élèves de la classe et avec leurs enseignants.

Dans les jours qui suivent la rentrée des classes, l’ensemble des élèves de 6e participent ensuite à une randonnée au départ de l’établissement. Il s’agit d’une marche vers la découverte de l’autre et le développement de l’estime de soi. Lors de cette randonnée, les élèves de 6e et leurs enseignants apprennent à se connaitre davantage. Ainsi, dans la nature environnante, des pauses jalonnent le chemin emprunté, qui sont autant d’occasions pour les volontaires de montrer leurs talents, centres d’intérêt ou passions. Quant au piquenique pris en commun, il se révèle être un moment convivial, lui aussi riche d’enseignements sur le vivre ensemble.

Ces différentes activités permettent aussi d’améliorer le climat scolaire en favorisant le sentiment d’appartenance à un groupe classe, mais aussi à l’établissement. 

Les projets communs

Si, dans un premier temps, le projet «  6e sens  » a donné lieu à nombre de réunions pédagogiques axées sur l’évaluation des élèves (autour, entre autres, de l’élaboration de référentiels de compétences), rapidement, ces temps de réunion sont devenus l’occasion d’échanges plus larges, plus personnels aussi, autour des pratiques pédagogiques de chacun et chacune, et ces échanges, imperceptiblement, ont appris à l’équipe à mieux se connaitre. Alors même que l’équipe enseignante des Bruneaux était globalement stable depuis un certain nombre d’années, le projet «  6e sens  » a constitué la première véritable occasion, pour les professeurs, d’échanger sur leurs pratiques, sur leurs réussites et sur leurs difficultés aussi, sans jugement, recevant l’écoute bienveillante des collègues. C’est dans cette dynamique que divers projets communs ont vu le jour.

Ainsi, au printemps 2015, les élèves de 6e ont participé à un projet pluridisciplinaire autour du «  carnaval des animaux  ». Après avoir étudié en sciences de la vie et de la Terre les animaux aux adaptations morphologiques surprenantes, ils ont travaillé, en français, à l’écriture de poèmes consacrés à ces animaux, puis ont rédigé en anglais des fiches descriptives afin de procéder à leur classification scientifique. La restitution finale a pris la forme d’un défilé de ces animaux fantastiques, avec la contribution des arts plastiques pour la fabrication des costumes et de l’éducation musicale pour la bande-son.

C’est également un projet interdisciplinaire mêlant histoire, arts plastiques et français qui a conduit l’ensemble des classes de 6e au printemps 2016 dans ce voyage de trois jours à Marseille qui a constitué, aussi bien pour les élèves que pour les enseignants, une véritable parenthèse enchantée dont les fruits murissent aujourd’hui encore, près d’un mois après notre retour au collège.

Gaëlle Moulin
Professeure au collège de Firminy, pour l’équipe enseignante

Sur la librairie

JPEG

 

S’embarquer dans les apprentissages
Comment embarquer les élèves dans les apprentissages, pour qu’ils aient l’envie et le plaisir d’apprendre ? Comment développer leur implication et leur engagement dans leurs apprentissages ? Certains dispositifs pédagogiques favorisent-ils la motivation et la mobilisation des élèves ? Pour quelle efficacité et quelles exigences ?


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N° 530 - Former les futurs citoyens

    Pour une formation politique en SES
  • N° 531 - Embarquer les élèves

    Pourquoi ils s’ennuient ?
  • N° 531 - Embarquer les élèves

    Favoriser la persévérance scolaire
  • N° 531 - Embarquer les élèves

    Le pari de l’éducabilité
  • N° 531 - Embarquer les élèves

    6e sens, du sens pour la 6e
  • N° 531 - S’embarquer dans les apprentissages

    Et pourtant Truffaut n’arrivait pas à apprendre l’anglais !
  • N° 530 - Former les futurs citoyens

    Ressources
  • N° 530 - Former les futurs citoyens

    Apprendre à être responsable de ce qu’on dit
  • N° 530 - Former les futurs citoyens

    C’est parti, je vote !
  • N° 530 - Former les futurs citoyens

    La coopérative scolaire : levier d’apprentissages citoyens