Accueil > Ressources > Nous avons lu > 20 situations réelles de vie scolaire, analysées et commentées


20 situations réelles de vie scolaire, analysées et commentées

Jean-Pierre Obin et Chantal Daux-Garcia

28 novembre 2013

Jean-Pierre Obin et Chantal Daux-Garcia analysent et commentent vingt situations professionnelles réelles illustrant dix thèmes majeurs de la vie scolaire, de la conduite de la classe aux relations avec les partenaires de l’établissement, dans un ouvrage qui est aussi un outil de préparation aux concours de recrutement. Mais surtout qui invite plus à réfléchir qu’à rechercher des réponses toutes faites. Même si on peut apprendre la vraie fin de chacune de ces vingt histoires.


Dès 1993, JP Obin proposait une formation à l’analyse des situations professionnelles avec Les établissements scolaires entre l’éthique et la loi, le titre mettant en évidence la tension entre deux axes de réflexion, d’interprétation des cas pratiques : la loi et l’éthique. Dans cet ouvrage, Jean-Pierre Obin et Chantal Daux-Garcia reprennent cette méthode d’analyse des situations professionnelles, avec 20 nouvelles situations, vécues et présentées par des acteurs de l’éducation pour … tous ceux qui souhaitent entrer dans une démarche de formation, comme prise de conscience des actions, des enjeux d’une situation complexe.

Ces cas pratiques font référence à des situations réelles, comme le titre l’indique, comme la première de couverture le met en valeur. Autant d’événements et de sujets qui rappellent au lecteur des réalités connues : élève au comportement inquiétant, propos extrémistes, absentéisme, utilisation abusive des réseaux sociaux, relations conflictuelles avec les parents… Ces sujets quotidiens dans le milieu scolaire ont été proposés aux auteurs par des participants aux groupes d’analyse de pratiques. Ils sont donc présentés, narrés tels quels, avec simplicité, sans faire le tri des informations communiquées, afin de permettre à chacun de hiérarchiser les éléments en fonction de sa propre grille de lecture.

Après la description des faits, c’est en premier lieu ce qui est du domaine juridique qui est analysé : droit externe, droit de la société et droit interne à l’établissement. Ainsi, un règlement de comptes par internet entre adultes d’un établissement scolaire ne donne pas à s’interroger uniquement sur l’utilisation de l’image sur le net ; la situation, par sa complexité, ses aspects divers ouvre sur des domaines juridiques variés, auxquels on ne s’attendait pas a priori : instances de l’établissement, rôle et missions des AED et même utilisation des logements de fonction…

Chaque lecteur peut ainsi se nourrir, piocher des éléments, compléter sa culture en matière de droit, dans l’immensité que cela représente, dans la réalité d’une société qui se judiciarise.

A ces lois qui donnent le cadre de la situation vient ensuite se confronter ce qui est du domaine de la morale (morale et/ou éthique), beaucoup plus subjectif. C’est le repérage des tensions entre ces deux pôles qui fait sens. On entre ici dans le travail du positionnement, dans le choix des « bonnes » décisions, dans une logique d’amélioration, de progrès. L’ouvrage suggère, pose des questions… mais ne répond pas. Comment agir au mieux pour les différentes personnes impliquées dans l’histoire, dans l’individuel comme dans le collectif ? Parmi les valeurs auxquelles on peut faire référence, quelle solution envisager ? Quel choix faire ? Ce sont bien ces questionnements qui permettent de prendre du recul, de dépassionner une situation, de prendre conscience des actions, des enjeux.

La fin de l’histoire, la vraie, est ensuite donnée mais chacun est libre de partager les décisions prises, de confronter sa propre opinion à la réalité d’un cas. Ces situations auront en tous cas permis de construire l’expérience en verbalisant, d’entrer dans une démarche active de lecture.

Diversité des situations, diversité des destinataires de l’ouvrage, diversité des parcours de lecture, JP. Obin et C. Daux-Garcia nous proposent un outil de travail expérimenté et performant, qui trouvera toute sa place dans la bibliothèque des différents acteurs de l’éducation.

Agnès Coester