Accueil > Ressources > Nous avons lu > 10 Propositions pour changer d’école


10 Propositions pour changer d’école

François Dubet. Marie Duru-Bellat, Le Seuil, 2015.

5 février 2016

Qu’on ne se méprenne pas sur le titre : ce petit livre n’est pas une brève liste de recettes clés-en-main qu’il n’y aurait qu’à appliquer telles quelles. La seule lecture du titre des dix chapitres (« Transmettre et préparer à la vie », « Former des citoyens », « Bâtir une école plus juste », « Réinventer l’institution scolaire »…) montre que chacune de ces « propositions » est une invitation à la réflexion bien plus que le canevas d’une décision administrative que le ministre pourrait d’emblée ordonner.

Ce livre reprend en fait, dans un langage simple et accessible, la plupart des idées que les auteurs ont, depuis plus de vingt ans, déduites de leurs recherches et argumentées dans de nombreux articles, livres et rapports. Dès les premiers chapitres, le foisonnement des suggestions et des interpellations peut dérouter, l’ouvrage prenant le parti de récuser les actions sectorielles (programmes, horaires, formation des enseignants, droits des élèves…) pour défendre le principe de mesures systémiques, du fait de l’étroite interdépendance entre les domaines concernés.

On soulignera particulièrement l’intérêt des réflexions menées dans les passages consacrés à la mixité sociale et sexuelle ou à l’inflation des diplômes. Loin de tout dogmatisme et s’appuyant sur les apports les plus rigoureux de la recherche, les deux sociologues ne reculent pas devant les questions taboues, comme la non-mixité ou les modalités d’affectation des enseignants, proposant chaque fois des aménagements qui parient sur l’intelligence des acteurs et ont le mérite d’éviter de déclencher de nouvelles guerres de religions.

Car même si le livre déplore à plusieurs reprises l’immobilisme du système éducatif, tout en soulignant que, vu de l’intérieur, il paraît au contraire soumis à des réformes permanentes, il ne montre jamais du doigt les enseignants, insistant au contraire sur les injonctions paradoxales auxquelles ceux-ci sont continuellement soumis. Cette mesure et cette honnêteté permettent à cet ouvrage de constituer une base de débat que tous les acteurs du système éducatif peuvent s’approprier.

Yann Forestier