Accueil > L’actualité vue par le CRAP > ½ + ½ = ?


Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative qui vit de ses abonnements et ventes au numéro.
Pensez à vous abonner sur notre librairie en ligne, c’est grâce à cela que nous tenons bon !

Faire cours en demi-groupes

½ + ½ = ?

Jean-Charles Léon

5 novembre 2020

La société se confine à nouveau dans l’ensemble de l’Europe et au-delà. Les écoles restent ouvertes mais de plus en plus d’établissements mettent en place un enseignement par demi-groupe sans que personne ne soit vraiment préparé à cela. Voici une proposition pour créer du lien entre les demi-groupes, une idée parmi d’autres, parce que dans ce contexte d’enseignement « dégradé » on peut encore inventer, pour ne pas s’épuiser.


Confinement, à nouveau, mais les écoles restent ouvertes, et ce que l’on craignait est en train d’arriver : les témoignages de protocoles sanitaires impossibles à mettre en œuvre dans des classes surchargées, des écoles, collèges ou lycées inadaptés se multiplient, des grèves s’organisent. En lycée, où la réforme a de facto supprimé le groupe classe, nombreux sont les enseignants qui se trouvent face à des groupes constitués d’élèves venant de nombreuses classes différentes, nombreuses sont les classes dans lesquelles plusieurs dizaines d’enseignants interviennent : la distanciation physique est souvent impossible. Le protocole sanitaire commence à être adapté dans certains lieux, autorisant les établissements à travailler en demi-classes.

Mais comment faire, alors qu’aucune réflexion institutionnelle n’a encore été mise en place, aucune consigne ou conseil pédagogiques n’ont été donnés ?

Pas simple le demi-groupe

Il y a évidemment de nombreuses solutions qui viennent à l’esprit, la première étant de diviser la classe en deux, et faire deux fois le même cours à deux moments différents. Dans ce cas, l’enseignant fait deux fois le même travail, mais l’élève ne reçoit qu’une moitié d’enseignement puisqu’il est inactif un cours sur deux. On peut pallier cela en donnant du travail à faire, mais il y a bien une mise à distance scolaire de l’élève pendant la moitié du temps.

On pourra également, grâce aux procédés modernes, faire cours à la moitié d’une classe en présentiel. L’autre moitié regardera son ordinateur, sa tablette, son téléphone portable et assistera en témoin lointain au déroulé du cours, sans compter les difficultés techniques, les problèmes de connexion… Et qui sera là ? Est-ce que les élèves qui ne seront pas prévus en distanciel seront « absents » ?

Faire cours en classe pour un demi-groupe, puis en distanciel avec l’autre groupe n’est pas non plus satisfaisant. Outre les problèmes de temporalité (quand faire cours en distanciel ?), l’enseignant doit multiplier ses heures sans être jamais sûr que les deux cours auront le même impact sur les deux demi-groupes.

Une autre stratégie, la coopération

J’ai été frappé, lorsque nous avons coordonné le livre Construire ensemble l’école d’après, par le témoignage de Guillaume Caron, professeur de mathématique en collège à Calais, qui écrit que la première crise de la Covid n’a pas changé la façon d’envisager l’école d’après pour lui comme pour nombre de militants pédagogiques. La clé semble être, pour le citer : « L’école n’est pas qu’un simple lieu d’instruction dans une perspective individuelle. C’est un lieu de socialisation. Le projet de l’école est d’apprendre ensemble. [1] »

La question du demi-groupe pourrait se réduire à : comment socialiser un travail fait dans deux lieux différents qui n’ont pas de liens de communication immédiats ?

Reprenons les termes de la difficulté : deux lieux, deux demi-groupes, un seul professeur, un seul cours. Ce qui fait commun est le professeur et le cours. Ce qui ne peut pas l’être est le lieu. Ce qui peut être en relation, ce sont les demi-groupes d’élèves. Mettons-les en coopération !

Évidemment, ce qui va suivre est une proposition qu’il faut mettre en œuvre, je ne l’ai jamais fait dans mes cours de musique. Mais j’ai vu mettre en œuvre des bribes du dispositif que je vais essayer de décrire être mis en place dans les cours de collègues, dans certains des miens également.

Le demi-groupe comme relai métacognitif

Considérons que le demi-groupe qui sera en présentiel sera celui qui aura la charge de diffuser auprès de l’autre ce qui a été fait. Il est le groupe « diffuseur ». Le second groupe prendra possession de l’enseignement en différé, c’est le récepteur. L’enseignant fait cours, prévoit une partie théorique, pratique, recherches… tout dépend des matières et des pratiques personnelles. L’objectif affiché, en plus de l’apprentissage de notions, est de diffuser à l’autre groupe le cours reçu. Cela devra être dit tout de suite, « vous allez apprendre quelque chose, réfléchissez à la manière de le transmettre à votre tour à vos camarades ».

Métacognition, peut-être le maître mot. Réfléchir sur… Ça tombe bien, un récent numéro des Cahiers pédagogiques, le 563, coordonné par Marc Romainville et Jacques Crinon, s’intitule « Actualité de la métacognition ». La métacognition, disent-ils, c’est « rendre compte de ce regard second sur les apprentissages ». Rendons compte de notre manière d’apprendre une notion nouvelle, un fait, à une partie de la classe qui ne sera pas là et qui recevra notre message à distance.

Le groupe 1 bénéficie du premier cours. La phase d’apprentissage est assortie d’une nouvelle consigne : comment peux-tu apprendre cela à tes camarades absents ? Une partie du cours se transformera en une formalisation de cette consigne : qu’est-ce que je dois leur faire savoir ? Comment le leur faire savoir ?

Tous les moyens sont bons :
- Écriture d’un court texte descriptif, diffusé ensuite sur l’ENT, par mail…
- Enregistrement en petits groupes de deux ou trois élèves d’une capsule comprenant éventuellement des documents qui devront donc être diffusés par le biais de l’ENT…
- Contact rapide par visio du groupe qui est resté chez lui pour lui dire ce qui a été fait et lui donner des clés d’apprentissage…
- Contact postérieur au cours, sous la responsabilité de groupes d’élèves qui se chargent de diffuser le « message ». L’envoi peut être fait rapidement depuis l’ordinateur de la classe, en espérant que les classes sont correctement pourvues, ce qui est une autre affaire.
- Constitution de binômes de cours : celui qui est en cours est chargé de prendre des notes et d’expliquer à son partenaire ce qu’il a compris - et inversement la semaine suivante. Des supports de cours sont à disposition pour améliorer la correction des informations transmises.

Tout cela peut paraître complexe, mais rappelons-nous que nous allons sans doute travailler avec des demi-groupes en classe, ce qui favorise le travail en coopération en leur sein. L’enseignant peut passer bien plus facilement d’un élève à l’autre.

S’appuyer sur les élèves

Appuyons-nous sur le fait que les élèves vont utiliser le cours comme un « réseau social », et que ça, la plupart du temps, ils savent faire. J’ai moi-même utilisé l’enregistrement de petites capsules « mémoires »” lors de la fin de cours de musique pendant lesquels les élèves avaient travaillé une chorégraphie non notée. La difficulté était de se souvenir de mouvements parfois longs d’une semaine à l’autre. J’ai été ébahi de leur facilité à utiliser les téléphones portables : alors que mon protocole pour filmer était complexe, ils ont rapidement inversé le sens de la caméra de leur téléphone, et se sont filmés collectivement en posant l’objet sur le rebord d’une fenêtre en mode « selfie collectif ».

JPEG - 27.7 ko

Les enjeux sont importants.

L’usage du téléphone nécessite un apprentissage des règles d’utilisation, droit à l’image, mais le risque est limité par le fait que les élèves qui seront devant le téléphone seront volontaires et masqués !

Cela demande un lâcher prise de l’enseignant qui doit faire confiance au groupe d’élèves. Il doit aussi adapter le déroulement de son cours pour en remplacer une partie par la fabrication d’un objet à diffuser, l’objet métacognitif. Il devra certainement également réduire le nombre de notions à appréhender.

Cela demande une mise en coopération réelle des élèves, avec un retour sur les éléments diffusés par le groupe récepteur qui doit critiquer ce qu’il reçoit : ce qui est compris, ce qui ne l’est pas… Le groupe récepteur est un groupe « méta » lui aussi.

Tout élève peut devenir diffuseur, ce qui peut surprendre, car il ne fait jamais le travail seul mais avec deux ou trois camarades qui peuvent l’appuyer ou lui donner un rôle.

C’est là également que cela devient encore plus intéressant. La demi-classe qui est en présentiel doit elle-même se scinder en sous-groupes d’élèves aux niveaux hétérogènes. Chaque élève peut recevoir une fonction : celui qui filme, qui rédige, qui montre les documents, qui parle devant la caméra, etc…. Chacun peut trouver quelque chose qu’il sait faire et qu’il met au service des autres. S’il a du mal à comprendre le cours, il sera appuyé par un autre qui pourra, au passage, lui réexpliquer la notion mal comprise…

Plus lent, plus approfondi, quelle chance !

Cette description est sommaire, il s’agit d’une proposition que les lecteurs devront (et sauront !) adapter à leurs pratiques. Il faudra peut-être diminuer la somme des acquisitions attendues mais on peut s’attendre à ce que ce qui est appris le soit plus en profondeur par la nécessaire réflexion sur la diffusion du savoir à des camarades éloignés.

Ce qui mobilise la responsabilité de chaque jeune dans ce travail de coopération est double : l’authenticité de la transmission des informations (puisque les cours ne sont pas les mêmes d’une semaine sur l’autre) ainsi que la finalisation de ces travaux par des évaluations individuelles (qui oblige chacun à s’approprier les données fournies par son partenaire). De la sorte, on tente la construction d’un dispositif d’enseignement à cheval entre le blended learning (l’enseignement hybride) et la classe renversée de Jean-Charles Cailliez.

Il reste l’organisation des groupes au sein de l’établissement : est-ce que l’emploi du temps se fait par semaine ? Par demi-journée ? On pourrait envisager un travail par semaine, qui éloigne la moitié des effectifs de l’établissement pendant un temps relativement long, ou en groupant le lundi et le mardi pour un groupe, mercredi, jeudi et vendredi pour l’autre. Le fonctionnement par demi-journée, le groupe A venant le matin, le groupe B l’après-midi risque de ne pas être facile en raison des transports mais on peut espérer une coopération entre les établissements scolaires et les autorités locales pour faciliter les déplacements des élèves.

Il serait parfait que l’ensemble des enseignants d’une classe, dans le second premier degré, ait le temps de concertation pour préparer cela, pour unifier les moyens de diffusion, de réception des capsules…

Bref, on aurait aimé, évidemment, avoir du temps, avoir une administration ministérielle qui soit moins fanfaronne et qui nous en donne pour nous préparer à des pratiques encore inconnues. Nous aurions dû apprendre du premier confinement, cela n’a pas été le cas pour tous.

Jean-Charles Léon
Professeur de musique en collège


À lire également sur notre site :
Deux rubriques créées au printemps dernier : L’école à l’heure du Covid-19 et Revenir à l’école


Photo de Jean-Charles Léon


[1Construire ensemble l’école d’après, ESF et Cahiers pédagogiques, 2020, p.55.


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.